Accueil » Historique

Historique

Un cirque d’art et essai / Terrain-Cirque-Expériences / Un cirque à Paris

Le Cirque Électrique est une identité – un mode de vie – une habitation – un lieu culturel mobile et itinérant – il s’implante dans les zones urbaines pour y faire émerger des temps d’expérimentation, de rencontre et de croisement. Le Cirque Électrique développe un univers hybride, entre le mythe d’une tradition de cirque et la réalité d’une culture urbaine radicale et moderne. Il puise ses inspirations dans les sons électro-punk, la performance, l’art brut, le théâtre pauvre, le burlesque, la figure de l’homme orchestre, un opéra fabuleux, un cirk’n’roll animal. Le Cirque Électrique a réussi à créer un véritable espace d’expression de la contre-culture sous ses chapiteaux mobiles et ses caravanes rouges et argentées. Chaque nouvelle implantation est l’occasion de renouveler et multiplier ses activités entre création, diffusion, rencontres et expérimentations.

Le Cirque Électrique naît Fanfare Décadente aux Arènes de Nanterre (92) en 1995. Au fil du temps et de leurs rencontres, ses membres fondateurs, Estelle Cacheux et Hervé Vallée, formés aux Noctambules et à l’école nationale de cirque Annie Fratellini, développent l’univers hybride d’un cirque à la fois électro-punk-rock et fidèle à la tradition circassienne avec son chapiteau rond et ses caravanes.

Avec ses différentes résidences, aux Arènes de Nanterre et au 68 Quai de Seine à Paris (19e), le Cirque Électrique développe les expériences mythiques des cirques laboratoires, sorte de « cabarets improvisés », et de nombreuses créations (Les Hommes en Blanc, Portik, Imprévu, Bal pour l’Élite, The Great Moteur Show I. II…) dont ABA DABA (2001) cirque-concert électro-pop gentiment déjanté en collaboration avec le groupe parisien Dragibus, qui sera joué pendant plusieurs mois à Paris à côté des Frigos, Quai de la Gare (13e).

En 2002, en résidence à la Caserne de Pontoise, le Cirque Électrique crée The Great Motor Show III, un Road Movie de Cirque. Il s’installe ensuite cour du Maroc (Paris 18e) en septembre 2003. Il y présente ABA DABA & The Great Motor Show III et met en chantier la création de Une Saison en Enfer. La cour du Maroc, c’est aussi l’occupation d’une friche urbaine, un terrain vague dans un quartier difficile, transformé en lieu de vie et de rencontres improbables entre artistes, habitants, associations du quartier, curieux de passage.

En 2005, le Cirque Électrique choisit de s’installer à Rennes, à l’Élaboratoire, un espace de création et de liberté autogéré unique. Le Cirque Électrique crée Passengers trilogie et réalise de nombreuses rencontres artistiques, avec notamment le Quatuor de Violoncelles de l’Orchestre National de Bretagne.

En septembre 2007, invité par le collectif du RTT, le Cirque Électrique arrive à Bruxelles où il poursuit son travail de création et de diffusion avec une programmation électrique et hybride, résolument moderne : ABA DABA, Une saison en enfer, Une saison au paradis, Transformers, Tapman solo… et toute une programmation sous le bal forain « Tiger Palace » de concerts, films, cours, débat, laboratoire, tables d’hôtes, théâtre de poche, expositions…

Après un passage remarqué au festival d’Avignon (été 2009), en avril 2010 sur une invitation de la ville de Paris, le Cirque Électrique installe son chapiteau, son parquet de bal et ses caravanes sur le futur espace cirque de la Porte des Lilas (Paris 20e) alors en complet chantier pour 7 mois. Une programmation se met rapidement en place, spectacle pour enfants ABA DABA, cours de cirque, bals, concerts, la création et la diffusion du dernier spectacle créé STEAM.

En 2011, l’Association La Dalle aux Chaps est constituée. Fort de sa convention avec la Ville de Paris et défendant ses propres valeurs, le Cirque Électrique travaille à développer ce lieu, notamment à travers des relations multiples avec les communes de Seine-Saint-Denis et, bien entendu, Paris.

Depuis 10 ans le Cirque a accueilli 110 compagnies de cirque, danse, théâtre et 26 festivals de tout genres. Les nouvelles créations se sont enchainées : Cabaret Décadent (2014-2020) ; Electric Sideshow (2017), Carnival (2017), Concerto pour Tapman (2019).

2020 fut l’occasion de fêter un non-anniversaire, celui des 25 ans du Cirque Électrique au travers d’un virus et d’une nouvelle création tout public, FANFARE.

LIEUX DU CIRQUE ÉLECTRIQUE

Élaboratoire : 2005-2007 (Rennes)
Collectif RTT : 2007-2009 (Bruxelles)
Cour du Maroc : 2003-2005 (Paris)
Porte des Lilas : 2010-20XX (Paris)

Cour du Maroc

L’Élaboratoire

Bruxelles

Porte des Lilas